Les avantages d’écrire mon autobiographie

on March 9, 2021
Les avantages d’écrire mon autobiographie

« Quand vous pouvez raconter votre histoire et il ne vous fait pas pleurer, vous savez que vous avez guéri. (Auteur anonyme.) »

On dit souvent que « le recul est de 20/20 ». Cependant, lorsque vous essayez de vous rappeler les détails exacts de toute votre vie alors que vous avez atteint la fin de vos années soixante-dix et que vous n’avez pas tenu de journal quotidien, votre souvenir d’événements importants passés peut être légèrement ombragé ou considérablement biaisé. Malgré cette forte possibilité, je crois qu’il vaut la peine de mettre sur papier ce que je considère comme les éléments positifs et négatifs qui ont façonné ma vie. C’est ainsi que j’ai décidé d’écrire mon autobiographie.

Photo de ma première maison dans le village de Mountjoy qui fait maintenant partie de Timmins, ON.

En 2013, j’ai écrit la première partie de mon autobiographie, « Lucky 13 – The Lucky Number of a Citizen of the Métis Nation of Ontario », qui couvrait la période de ma naissance, le janvier 16, 1944 à 1965 dans laquelle je décris certains faits saillants de mon enfance, de mon adolescence et de mon entrée à l’âge adulte.

Étant le plus jeune d’une famille de treize enfants, j’ai été élevé dans une famille métisse, française et catholique romaine. Mon père était un bûcheron. Juste avant ma naissance, mes parents ont décidé de commencer à vendre de l’alcool de façon illégale, car mon père ne pouvait plus travailler puisqu’il souffrait d’une maladie cardiaque rhumatoïde. Notre établissement a attiré des clients très intéressants : à savoir le chef de police, le juge de paix, le directeur de l’école, le curé local, et une variété de personnes telles que les mineurs et bûcherons.

« Durant mon enfance, je me souviens vivement des chicanes et des cris qui eurent lieu entre mes parents quand mon père était sous l’influence de l’alcool. »

Ma mère était une personne aimante, une femme très motivée, spirituelle et industrieuse. Mon père était une personne consciencieuse et travaillante, un homme calme et timide, une personne bonne et aimante. Malheureusement, mon père est devenu un buveur d’alcool de façon excessive à l’occasion, un « binge drinker ». Chaque fois qu’il consommait de l’alcool, son comportement changeait radicalement. Il est devenu argumentatif, autoritaire et irritable.
Durant mon enfance, je me souviens vivement des chicanes et des cris qui eurent lieu entre mes parents quand mon père était sous l’influence de l’alcool. Même si mon père n’a jamais physiquement abusé ma mère ou ses enfants en état d’ébriété, les disputes verbales enflammées et les comportements imprévisibles de mon père m’ont fait beaucoup peur et m’ont sans aucun doute profondément marqué émotionnellement. Je suis devenu un enfant anxieux et très sensible.

A partridge is sitting on a tree branch. It has brown and white mottled plumage, a black beak, and little feathers that stick up at the top of its head. It is looking at the camera and seems to be in a forest in early spring or late fall, since there's no leaves on the trees.

Malgré les sentiments de colère que j’ai entretenus envers mon père quand il buvait beaucoup, je n’ai jamais su comment partager mes vrais sentiments avec ma mère et mon père, ou quelqu’un d’autre en tant que jeune. Au contraire, je les ai supprimés. J’ai toujours fait de mon mieux pour plaire à mes parents, ainsi que d’autres figures d’autorité telles que mes enseignants et mes futurs employeurs. Ces tendances à constamment faire de mon mieux, ne pas contrarier mes parents et à hésiter d’affronter quelqu’un qui me rendait nerveux, ont nourri en moi l’émergence de sentiments d’auto-blâme, d’auto-culpabilité et de honte. En tant qu’adulte, j’ai essayé très fort de mettre un masque de confiance en moi, de contrôle et de calme, mais sous cette « mascarade », je pouvais facilement devenir anxieux et irritable face à des situations stressantes.

Malgré ces moments familiaux tendus, j’ai développé une relation très étroite avec mon père. Nous allions souvent chasser des lièvres et des perdrix ensemble. Chaque été, nous allions faire la cueillette de bleuets, fraises ou framboises et chercher du bois de chauffage près de la rivière voisine. Quand j’ai eu neuf ans, mon père, à mon grand soulagement, a commencé à mieux contrôler sa consommation d’alcool. Mes parents ont cessé de vendre de l’alcool et ont ouvert un magasin du coin, une entreprise beaucoup plus saine.
Lorsque j’ai rédigé la première partie de mon autobiographie, il s’est avéré difficile pour moi de me rappeler et de décrire certains des événements plus positifs et négatifs de ma jeunesse. Dans certains cas, il a fallu que j’y mette beaucoup d’efforts.

Je peux maintenant dire honnêtement que ma maturation en tant qu’homme, père et grand-père, ma foi et mon appréciation plus profonde de la vie m’ont amené à croire profondément que le pardon des autres et le pardon de soi ont été au cœur de ma compréhension de ce qui a fait vibrer mon père lors de cette difficile période. Depuis que je l’ai accepté davantage en tant qu’être humain, j’ai réalisé qu’il m’a toujours aimé du plus profond de son cœur. J’ai redécouvert ma profonde admiration pour lui en tant que bon modèle de père. Bref, j’aime mon père.

« Mes deux parents m’ont toujours appris à ne jamais perdre espoir. »

Lorsque la première partie 1 de mon autobiographie fut publiée en 2013, un de mes frères aînés et un ancien professeur de lycée m’ont encouragé d’envisager sérieusement la rédaction de la deuxième partie de mon autobiographie. À l’époque, j’hésitais et j’avais honte de le faire à cause de mes deux ruptures conjugales, la première ayant eu lieu en 1974 et la seconde en 1998, et de la détérioration de ma santé mentale que j’ai connue en 1998 lorsque j’ai reçu un diagnostic clinique de trouble bipolaire 1.

Cependant, fin 2017, une fois que j’ai épousé une femme aimante avec qui j’avais déjà vécu pendant douze ans, j’ai décidé d’écrire la deuxième partie de mon autobiographie peu de temps après et je l’ai intitulée « Life Has Been and Continues to be My Comforting Teacher – A Journey of Love, Self-forgiveness and Acceptance. » Dans celle-ci, je procède aussi honnêtement que possible pour décrire brièvement certains des faits saillants de ma vie qui ont profondément marqué ma vie entre 1965 et 2021, y compris les impacts majeurs de l’émergence progressive de mon trouble bipolaire I dont j’ai reçu le diagnostic à l’âge de 54 ans.

A close-up picture of a blue typewriter, showing the bottom of the page. Written on it is, 'It's all in the journey...' .

Mes deux parents m’ont toujours appris à ne jamais perdre espoir. Ils m’ont aussi appris à ne jamais perdre la foi puisque la vie est un don sacré et divin. Heureusement, mes parents m’ont appris à toujours exprimer ma gratitude; à développer une attitude positive et proactive dans la vie; à transformer les défis en opportunités; à être respectueux des gens et à pratiquer l’humilité, la persévérance et la patience; à être compatissant; à pratiquer le pardon envers les autres et le pardon de soi; à nourrir l’auto-soins et l’auto-compassion; à ne jamais négliger mon sommeil; à maintenir une bonne alimentation et à faire de l’exercice physique sur une base régulière, en bref m’amuser.

En plus, ils m’ont appris les avantages de développer, de maintenir et de nourrir des relations sociales positives, de « ne jamais laisser les autres vivre ma vie », d’apprécier la beauté de Mère Nature. Des leçons importantes qui prennent toute une vie à inculquer et à apprécier.

« J’espère que ce franc regard sur ma vie peut également être utile à d’autres personnes qui éprouvent des problèmes de santé mentale similaires. »

Malheureusement, mon trouble bipolaire a entravé mes capacités à mettre en pratique ce qu’ils m’ont appris quand j’étais dans les phases hypomaniaques et maniques avancées de ma maladie. Dieu merci, avec le soutien et l’aide de nombreuses personnes, et les effets positifs des médicaments, je me suis vite rétabli, et je n’ai connu aucune autre phase aussi sérieuse depuis mon dernier épisode maniaque en 1998.

La vie a en effet été et continue d’être mon professeur réconfortant. Cependant, je serai le premier à admettre qu’elle a encore beaucoup plus à m’apprendre pour le restant de mes jours sur terre sous la direction sacrée de mon Divin Créateur.

En bref, les avantages d’écrire mon autobiographie se résument comme suit : (1) m’offrir une compréhension plus approfondie des facteurs psychosociaux et environnementaux qui ont façonné ma vie et fait de moi ce qui je suis; (2) me donner une appréciation plus approfondie de la façon dont mes forces intérieures et mon réseau de soutien m’ont aidé à faire face à mon trouble bipolaire, mon traitement et la phase de récupération; (3) me donner une occasion publique d’exprimer ma gratitude aux personnes qui m’ont aidé à apprendre à bien vivre avec ma maladie au cours des vingt-deux dernières années; et (4) une opportunité d’apprécier la vraie valeur du pardon des autres et du pardon de soi, de l’acceptation, de la compassion et de l’auto-compassion.

J’espère que ce franc regard sur ma vie peut également être utile à d’autres personnes qui éprouvent des problèmes de santé mentale similaires. J’espère aussi qu’il les encouragera à ne jamais perdre espoir et de reconnaître qu’il y a toujours « une lumière brillante au bout du tunnel aussi sombre qu’il soit. »
En conclusion, « puisque j’ai pu raconter mon histoire sans pleurer, cela doit signifier que j’ai guéri. »

Raymond D. Tremblay (Ottawa)

Note : Pour ceux qui souhaitent acheter une copie de mon autobiographie, s’il vous plaît contactez-moi à wei-min@sympatico.ca.

 


(Paul Galipeau/lechampiondumonde.com)

(Credit: Paul Galipeau)

Featured blog posts by Raymond Tremblay:

Me lier d’amitié avec mon ennemi : Bipolarité, résilience et COVID-19

Écrire des poèmes – une de mes soupapes de sécurité en santé mentale

Le prix Feuille d’or des IRSC

Est-ce l’hypomanie, ou simplement de la créativité?

And What If? (Et Si Jamais?)


Follow us on social media:
Facebook_Color-128Twitter_Color-128ig
 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *